AGME34 : j'agis, j'adhère


Chardonnerets élégants adultes et juvéniles (Carduelis carduelis) – Crédit photo : LPO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aussi, quels que soient votre disponibilité ou votre mode de soutien,

vous pouvez défendre les droits de l'environnement

QUELQUES MINUTES
• Faites un don (AGME34 – siège social 459 av du Golf 34280 La Grande Motte)
• Partagez l’adresse de notre site et faites-le connaître à vos amis
• Publiez les informations de AGME34 sur votre blog

 

QUELQUES JOURS
• Soyez membre de l'association en adhérant ici recto et   ici verso

et recevez toutes nos informations
• Participez aux actions menées par l’association           

        

Adhésion 2014/2015 nouvelle formule : de septembre 2014 à septembre 2015

Cotisation annuelle : 

Membre actif une personne :                                                       25 euros

Couple :                                                                                       40 euros

* NOUVEAU : une personne majeure supplémentaire par foyer :  5 euros     

Membre bienfaiteur :                                                                    50 euros et plus 

 

*  Ce tarif permet à des membres de votre famille de rejoindre l'association pour une somme modique. Ils ont  ainsi l'opportunité de découvrir l'AGME.

                                                    

 

C'est grave !!

Les Français insouciants devant le risque environnemental

 

Publié dans Le Journal de l'Environnement le 20 octobre 2014 par Romain LOURY

 

Le risque inondation pris à la légère

Le risque inondation pris à la légère
DR

site internet : http://www.journaldelenvironnement.net/article/les-francais-insouciants-devant-le-risque-environnemental,51334?xtor=EPR-9


Une grande majorité des Français exposés à des risques industriels ou d’inondation se montrent peu conscients de ces dangers, révèle une étude menée par le Commissariat général du développement durable (CGDD).

Les Français seraient-ils trop peu inquiets pour l’environnement? C’est ce que révèle cette l’enquête menée auprès de 4.727 adultes par le service de l’observation et des statistiques du CGDD: le sentiment d’exposition à un risque environnemental est en forte baisse depuis le dernier sondage similaire, mené en 2003.

Recul le plus marqué, le réchauffement climatique, auxquels seuls 42% des Français se disaient exposés en 2013, contre 72% en 2007. Pour la pollution atmosphérique, ce sentiment n’est désormais ressenti que par 56% d’entre eux, contre 62% en 2007. Même constat pour le risque d’accident industriel, dont la perception du risque est passée de 24% à 21%.

Pire, les personnes les plus exposées à un risque en sont souvent peu conscientes. Exemple, les accidents industriels: dans les communes où le danger ne peut être écarté, seules 32,3% des personnes s’estiment directement concernées. De même avec le risque d’inondation: 27,8% des habitants de communes à risque se savent exposés.

L’Etat, acteur préventif qui n’inspire pas confiance

A la question, «est-ce aux pouvoirs publics ou à chacun d’agir pour prévenir les risques?», 40,1% des Français estiment que c’est avant tout le rôle de l’Etat, 20,7% celui des individus, tandis que 36,5% jugent que les deux doivent s’y mettre.

En matière d’information, les Français ne sont en revanche que 11% à déclarer l’Etat comme leur principale source d’information à ce sujet. Au même niveau que les associations (10%), mais loin derrière les collectivités locales (22%), internet (48%) et les médias (76%).

«Dans leur majorité, les Français paraissent douter de l’efficacité des lois et réglementations existantes visant à protéger les biens et les personnes. C’est tout particulièrement le cas en matière de prévention des risques climatiques: seule une personne interrogée sur quatre juge que le cadre juridique est efficace pour assurer la protection de la société face à ce type d’aléas», indique le CGDD.

Méfiance ne rime pas forcément avec connaissance: alors que 56,2% des habitants de communes à risque industriel ne font pas confiance aux mesures de prévention prises par les pouvoirs publics, seuls 10,1% en ont une connaissance précise.

 

ACTUALITES

 

" RESPECTONS LA MER "

Une action d'éducation à l'environnement présentée par l'AGME avec le les élèves du Lycée La Merci Littoral à La Grande Motte.

Programme détaillé à la rentré des vacances de Toussaint

 

 

 

 

A LIRE :  notre article concernant la sortie au Musée de Camargue lors des Journées Européennes du Patrimoine Naturel et Culturel   :

Voir la galerie photos en cliquant ici

 

       

NOUVELLE RUBRIQUE :   Textes de loi sur l'environnement en cliquant ici

http://www.agme34.fr/54+sante.html

Informations à ne pas manquer...

Informations à ne pas manquer :

 

Calculez votre Empreinte ForêtCALCULEZ votre empreinte forêt !

Nos consommations quotidiennes ont des impacts sur les forêts naturelles... Faites le QUIZZ.      cliquant sur le lien du site ENVOL VERT

 

 

 

BIODIVERSITE : cliquez ici

" Chercheurs et agriculteurs inquiets à cause... d'un moucheron "

Par Sciences et Avenir avec AFP

Repérée voici déjà quatre ans en France, cette drosophile invasive s'attaque aux raisins et à certains fruits rouges avant qu'ils n'arrivent à maturité.


 

 

 

PROTECTION DE LA MER ET DU LITTORAL : en cliquant ici

 

" Sûreté des ouvrages de prévention des inondations : un décret en consultation "

d'après " Le quotidien d'information en ligne des collectivités territoriales et de leurs partenaires"

Prévention des risques Publié le mercredi 1 octobre 2014

Faisant écho à une actualité marquée par les dramatiques inondations qui viennent à nouveau de frapper la région Languedoc-Roussillon, le ministère de l'Ecologie a mis en consultation, ce 30 septembre, un projet de décret relativ aux ouvrages de prévention des inondations et des submersions marines.

 

 

 

SANTE : en cliquant ici

Alerte à la poliomyélite aux Pays-Bas publié dans le Journal de l'Environnement le 01 octobre 2014 par Romain LOURYLes huîtres, meilleures avec du citron

Les huîtres, meilleures avec du citron DR

Les autorités sanitaires néerlandaises déconseillent depuis le 22 septembre de consommer des fruits de mer crus issus de l’Escaut occidental. Et pour cause: en début de mois, le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline a accidentellement relâché 45 litres de liquide contaminé par le virus de la poliomyélite dans une rivière belge.

 

 

 

Une activité physique quotidienne est bonne pour... le cerveau des enfants !

 

Par Stéphane Desmichelle

Publié le 19-10-2014 sur le site internet SCIENCES ET AVENIR

Une activité physique quotidienne chez les enfants de 8 à 9 ans pourraient avoir des effets protecteurs sur le cerveau tout au long de la vie. Explications.

 

 

PROPOSITION DE SUPPRESSION DE LA LOI LITTORAL* PAR LE SENAT

Le 3 octobre, nous adressons aux Sénateurs de l'Hérault : Mrs Henri CABANEL, François COMMEINHES, Jean Pierre GRAND, Robert NAVARRO, un courrier demandant que le Sénat abandonne le projet de cette proposition de loi.

* Loi littoral du 3 janvier 1986

Une proposition de loi est à l'étude au Sénat qui donnerait  plus de facilité  aux maires dans l'aménagement des côtes.  Les associations de protection de l'environnement  du littoral sont opposées à cette mesure...

 

A l'heure où l'avancée de la mer, l'érosion des côtes, le changement climatique, les risques de submersions marines sont de plus en plus inquiétants et les solutions pérennes sont de plus en plus difficiles à trouver, est-il raisonnable d'envisager des constructions dans la bande des 100 mètres ?

 

N'oublions pas les morts, les sinistrés et les dégâts engendrés par une urbanisation trop proche de la mer.

 

Il semblerait au contraire qu'il soit plus sage de choisir un recul stratégique qui mette à l'abri les personnes et les biens.

 

Autre risque : les inondations.

Les maires doivent respecter les PPRI établis pour leur commune. Ceux-ci sont réalisés dans un objectif de protection et de sauvegarde.

 

Photos site internet " Elégant " : Différentes vues de La Grande Motte

 

Aujourdh'ui : La Grande Motte (réalisée il y a 40 ans) serait-elle  construite aussi prés de la mer ?

 

Visite du Musée de Camargue

Sortie du Samedi 20 septembre 2014, organisée par l'AGME

dans le cadre des Journées Européennes

du Patrimoine Naturel et Culturel

AU MUSEE DE LA CAMARGUE

(Mas du Pont de Rousty, ARLES)

 

VOIR LA VISITE EN IMAGES EN CLIQUANT DANS GALERIE PHOTOS

 

Nous visitons le Musée, situé dans un parc naturel régional de 100 000 hectares partagé entre cultures et pâturages accompagnés par notre guide.

L'exposition dans le Musée (ancienne bergerie du Mas de Pont de Rousty) aborde 2 thèmes :

 

 

- Le fil du temps : qui relate l'histoire du delta et de ses habitants

- Le fil de l'eau : plus récent, renseigne sur cette problématique essentielle, voire vitale pour ce territoire. 

 

 

 

Photo de Musée de la Camargue.

 

photos " Musée de la Camargue " facebook

 

Le delta de Camargue, entre petit et grand Rhône, attire en premier lieu (au début du 20ème siècle), les travailleurs, des bergers qui élèvent des moutons mérinos, des agriculteurs pour la culture du blé dans les zones plus au nord et moins salées, la pêche et la chasse assurant un complément.

Plus tard, peintres et poêtes donneront une image différente et le tourisme se développera.

L'eau déterminera la terre, douce ou salée.

En 1856, l'inondation est si importante que Napoléon III ordonne la construction de digues. On construit des "mas" (fermes) en hauteur et en dur en important de la pierre. On creuse des canaux d'irrigation qui permettront de doser à volonté l'arrivée de l'eau douce du Rhône, grâce à des martelières.

S'apercevant que la maladie de la vigne "le Phyloxera" ne résiste pas à l'eau, on plante beaucoup de vignes sur le territoire, ce qui donne un essor important à la région. Malheureusement en 1907 la surproduction de vin en France entraîne la faillite des viticulteurs camarguais.

Dés 1942, l'Etat soutient l'installation de la riziculture, en faisant venir des indochinois pour leur savoir faire. En 1980, la culture du riz est en déclin, l'aide de l'Etat permet la mécanisation de la culture, assurant sa survie et évitant que les terres de Camargue ne se resalent trop car le riz pousse en eau douce.

Plus au Sud, sur le territoire le sel est exploité (salins de Giraud).

Il existe 200 mas et 150 manades : le taureau est élevé pour la course camarguaise. (Seuls les taureaux espagnols sont élevés depuis 150 ans pour la corrida). Le cheval est elévé pour le tri du bétail et le loisir (promenade).

Le Musée de la Camargue a créé huit itinéraires : à pied, à cheval, en voiture... montrant la biodiversité de ce territoire, qui accueille 1/3 des plantes recensées en France. 

 

Nous quittons le Musée pour suivre l'un des sentiers de découverte traversant une première zone de rizières. Le riz est encore sur pied, il ne sera récolté que fin septembre ou octobre. La terre est travaillée en mars, en avril on laisse rentrer un peu d'eau pour les semis et fin avril, début mai le riz sort de l'eau. On alterne les cultures de riz, de blé, de colza, de tournesol et de sorgho pour ne pas épuiser les sols.

Nous pénétrons dans une 2ème zone de pâturages, avec de nombreuses plantes :plante salicorne AGME34

- la saladelle aux fleurs bleues, qui a besoin de sel pour se développer,

- les ronciers apportant nourriture et abri aux oiseaux trés nombreux sur le site,

- des joncs : refuges pour sangliers et lapins,

- la salicorne, condiment pour la cuisine,     (photo de droite)

- la soude (utilisée pour le savon dont celui d'Alep)

- l'obione qui fournit calcium et magnésium aux taureaux 

 

                                                                                                                               


cabane de guardian musée de la camargueNous continuons vers une cabane de guardian,(cavalier à cheval)  maison des plus pauvres (au début du 20ème siècle)avec son toit de roseaux séchés, en bottes, ses murs d'argile et de paille, parfaits isolants, sa forme arrondie au Nord, face au vent "le Mistral".

Le mât devant la cabane est une échelle permettant au gardian de voir au loin leur troupeau : "Escalasoune " ou " Escaladou " en Languedocien !

 

Nous conseillons vivement cette visite, le Musée intéractif et les sentiers, nous révèlent plusieurs aspects du paysage camarguais.

Le tout accompagnés d'une guide passionnée et passionnante.


1 2 3 4   Page suivante


Calendrier
« Octobre 2014 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
Livre d'or

Dernier message :

ASZB7A , [url=http://nxmohvfriujp.com/]nxmohvfriujp[/url], [link=http://iahjtmdcfcym.com/]iahjtmdcfcym[/link], http://gthlvmmlgeaq.com/

par jdbtuz

Aller sur le livre d'or

Galerie photos

Sortie en catamaran

Météo

Vendredi

min. 12 ° max. 23 °
Ciel dégagé

Samedi

min. 14 ° max. 23 °
Partiellement nuageux

Dimanche

min. 14 ° max. 22 °
Ciel dégagé
Dons